La fonction des ligaments articulaires glénohuméraux

Ligaments articulaires glénohuméraux 

L'articulation glénohumérale (GH) est composée de la tête de l'humérus et de la fosse glénoïde. La fosse est relativement petite par rapport à la tête humérale, ce qui rend l'articulation très mobile, ce qui entraîne également un risque accru d'instabilité.    

Le labrum glénoïde est un rebord fibrocartilagineux fixé autour de la glène qui aide à approfondir la fosse glénoïde par 50%, offrant ainsi une stabilité accrue de l'articulation GH.   

L'articulation GH repose fortement sur le mouchoir doux structures pour la stabilité, et les ligaments GH sont les principaux stabilisateurs statiques de l’articulation. Il s'agit notamment du ligament coracohuméral (CHL), du ligament glénohuméral supérieur (SGHL), du ligament glénohuméral moyen (MGHL), du ligament glénohuméral inférieur (IGHL) et du ligament glénohuméral postérieur inférieur (PIGHL). 

Ligament coracohuméral (CHL) 

Ligament coracohuméral

Le CHL évite la luxation supérieure et le déplacement inférieur de l'humérus. Il est inclus dans cette revue car il se mélange avec le (SGHL). Il est divisé en deux parties, les bandes antérieure et postérieure. Le ligament coracohuméral antérieur s'insère sur la petite tubérosité et est serré à 30 degrés épaule extension. Le ligament coracohuméral postérieur s'insère sur la grosse tubérosité et une flexion serrée à 60-70 degrés. C'est également une contrainte secondaire pour empêcher la longue tête du biceps de subluxer médialement.

Ligament gléno-huméral supérieur (SGL) 

Le SGHL est le ligament le plus petit et le moins bien compris de la capsule GH. Son origine est la partie supérieure de la cavité glénoïde et la base du processus coracoïde. Il s'attache au MGL, au tendon du biceps et au labrum. Elle est serrée en adduction, au milieu à 45 degrés d'abduction, et lorsque l'épaule est amenée à 90 degrés d'abduction avec rotation externe. Il fonctionne avec le ligament CH pour empêcher une translation inférieure de la tête humérale. 

Ligament gléno-huméral moyen (MGHL)

Le ligament glénohuméral moyen (MGHL) s'attache à la face antérieure du col anatomique de l'humérus, juste en dedans de la petite tubérosité. Il naît de la glène par le labrum. Parmi les trois ligaments glénohuméraux, le MGL présente la variation de taille la plus significative. Il est serré en abduction et offre une stabilité antérieure à 45 degrés et 60 degrés en abduction. Les blessures dans cette seule zone sont très rares et ne sont jamais isolées.

Ligament gléno-huméral inférieur (IGHL) 

L'IGHL est serré en abduction véritable et légèrement plus lâche dans le plan d'abduction scapulaire. Il provient du labrum glénoïde et s'insère dans le col huméral. C'est le stabilisateur le plus important contre la pression antéro-inférieure. luxation de l'épaule. Ce composant est donc le plus fréquemment blessé et est la plupart susceptible de se déchirer lorsque le bras est complètement en abduction. C’est le stabilisateur des tissus mous le plus puissant et le plus important. Elle peut être avulsée du côté de la glène, entraînant une déchirure labrale antéro-inférieure.  

Ligament gléno-huméral postéro-inférieur (PIGHL)

Le PIGHL n'est pas aussi robuste que les ligaments antérieurs mais est essentiel à l'équilibre de la capsule. Le laxisme dans cette partie de la capsule est considéré comme normal. La bande postérieure de l'IGLC est principalement responsable de la contention capsulo-ligamentaire en translation postérieure de la tête humérale à 90° d'abduction.

Goetti, P., Denard, PJ, Collin, P., Ibrahim, M., Hoffmeyer, P. et Lädermann, A. (2020). Biomécanique de l'épaule dans des conditions pathologiques normales et sélectionnées. Avis ouverts sur EFORT5(8), 508-518. https://doi.org/10.1302/2058-5241.5.200006

1 commentaire

  1. Susan Shannon le janvier 31, 2022 à 6:09 am

    Excellent!

Laissez un commentaire






Plus à lire

Protocole de réparation des tendons extenseurs (zones 4-7) : mouvement actif contrôlé immédiat (ICAM)

8 décembre 2019

Howell, JW, Merritt, WH et Robinson, SJ (2005). Mouvement actif contrôlé immédiat après la réparation du tendon extenseur de la zone 4 à 7. Journal de thérapie de la main : 18, 182-90. The Skinny - Pendant des années, l'immobilisation était la procédure standard suite à des blessures au tendon extenseur dans les zones 4 à 7. Comme prévu, l’immobilisation a entraîné de longs temps de rééducation, des raideurs articulaires et des adhérences tendineuses souvent…

En savoir plus

Connaissez-vous l’ingrédient secret pour se remettre d’une blessure ?

14 juillet 2019

Connaissez-vous l’ingrédient secret pour se remettre d’une blessure ? Je vais vous donner un indice : il contient 5 lettres et commence par la lettre S. SOMMEIL Vous êtes-vous déjà posé une question : le sommeil aide-t-il à guérir les blessures ? C'est à vous de partager avec vos patients mais aussi de servir de…

En savoir plus

Gestion des cicatrices dans la thérapie de la main

17 novembre 2019

Les thérapeutes de la main peuvent avoir l’impression de lutter constamment contre les tissus cicatriciels. Cela peut limiter la ROM, provoquer des douleurs, gêner d’autres structures et laisser une apparence peu souhaitable. Le tissu cicatriciel commence à se former dès 2 semaines après une blessure et peut continuer à se former jusqu'à 2 ans. L’action la plus précoce est entreprise…

En savoir plus
Enveloppe_1

Inscrivez-vous pour recevoir des mises à jour directement dans votre boîte de réception !

Inscrivez-vous avec nous et nous vous enverrons régulièrement des articles de blog sur tout ce qui concerne la thérapie des mains, des notifications chaque fois que nous mettons en ligne de nouvelles vidéos et tutoriels, ainsi que des documents, des protocoles et d'autres informations utiles.